Club BDN
Menu

Compte-rendu de la réunion BDN du 11 février 2015

Pour cette deuxième réunion de l’année, le Club BDN inaugurait un nouveau format. Au programme : le traditionnel tour de table – désormais en 30 secondes par personne ; suivi d’une intervention extérieure et de la présentation des actualités du Club. Ce soir, le livre et le partage étaient à l’honneur, avec l’intervention de Dominique Pace, fondatrice et directrice de Biblionef.

Rencontre avec Dominique Pace, fondatrice et directrice de Biblionef

Fondée il y a 22 ans, Biblionef a vocation à apporter le livre et à développer la lecture à travers le monde. Ses cibles sont les enfants et les adolescents défavorisés qui vivent dans des pays où les systèmes éducatifs sont carencés et la pénurie de livres est considérable. L’idée de Biblionef est née dans la jungle du Surinam. A l’époque, je vivais avec un ambassadeur des Pays-Bas, aujourd’hui disparu : nous étions confrontés à la réalité d’enfants isolés, oubliés, dont le sort nous touchait beaucoup. Ces enfants allaient peu à l’école, n’avaient aucune perspective. Leur imaginaire était complètement verrouillé.

Aujourd’hui, on compte à travers le monde 250 millions de jeunes qui n’acquièrent pas les éléments de base en termes de lecture, d’écriture et de calcul, et près d’un milliard de personnes encore analphabètes. Comment leur donner une chance ? En leur apportant des livres. Mais pas de vieux livres dont personne ne veut plus. Des livres neufs, beaux, utiles, qu’ils reçoivent comme des cadeaux, une marque de respect. Des livres qui les font rêver et qui répondent à leurs envies. Des livres qui leur font découvrir et aimer la lecture et leur donnent l’envie d’apprendre.

Le nom de Biblionef et son logo sont porteurs de deux symboles : le livre, bien sûr, mais aussi le bateau. Deux symboles forts de découverte, d’ouverture, de développement, de liens entre les homme et les cultures. Mon compagnon était un grand navigateur. Nous avions rêvé ensemble d’un bateau à voile qui aurait embarqué dans ses flancs des cargaisons de livres et les aurait déversées de port en port.
Passionnés par le livre et le défi, nous étions animés d’un enthousiasme indestructible. Et il en fallait pour embarquer avec nous le monde de l’édition ! Il a fallu tout bâtir, tout construire. Je n’avais aucune expérience de la coopération internationale, mais j’avais des amis à l’étranger qui pouvaient m’aider à identifier des besoins, à monter des partenariats.
Vingt-deux ans plus tard, nous avons construit et équipé d’innombrables bibliothèques – scolaires, publiques, associatives – dans plus de 90 pays répartis sur tous les continents. Nous avons atteint des millions d’enfants à qui nous avons proposé des clés pour leur avenir.

La rencontre avec un livre peut changer la vie d’un enfant et, par notre action, nous en avons certainement sauvé des dizaines de milliers. Ce pouvoir du livre, j’en ai pris pleinement la mesure en 1995, lorsqu’un ami rwandais, pédiatre à Kigali, est venu me trouver 18 mois après le génocide. Il m’a demandé d’envoyer aux enfants de son pays des milliers de livres pour les « ramener dans le monde de l’enfance ». Le livre a indéniablement des vertus thérapeutiques : avec la lecture, on aide à sortir du silence, on efface les images qui hantent, on guérit des traumatismes…
Biblionef est aussi une véritable aventure aussi pour la francophonie car nous faisons vivre le livre et la langue française à travers le monde, partout où elle est aimée.. Nous transmettons une autre vision du monde. Notre champ d’intervention est très large.

Nombre d’éditeurs se sont engagés à nos côtés. Sans leur contribution fidèle, nous n’aurions jamais pu mener à bien cet ambitieux projet. Chaque année, ce sont en effet près de 150 000 livres neufs qui sont choisis pour chacun de nos 30 à 40 projets à destination de différents pays. Depuis les débuts de Biblionef, nous avons distribué près de 3,5 millions de livres.

Nous intervenons aujourd’hui dans 92 pays, sur tous les continents. Nos besoins ? Trouver des financements !

Pour plus d’informations, visitez www.biblionef.com
Contact : Dominique Pace
dominique.pace@biblionef.com
+ 33 1 43 40 76 10

 

Arnaud Leurent : l’actualité du Club BDN

J’en profite pour rappeler deux choses en relation avec l’intervention de Dominique Pace. Tout d’abord, les apporteurs d’affaires peuvent reverser leurs commissions aux associations de leur choix. Par ailleurs, les entreprises bénéficient d’une réduction d’impôt égale à 60 % des versements effectués au profit d’associations (loi Aillagon).

Le Club BDN a été créé il y a bientôt 5 ans. C’est avant tout un club d’apporteurs d’affaires. Notre souhait de départ était de nous doter d’un outil efficace pour développer notre réseau, pour apporter des solutions. Dans la culture réseau, on apprend toujours : on cherche un emploi, des partenaires, des clients, des fournisseurs… Personne n’est apporteur d’affaires professionnel. Mais cela peut être un bon complément. Le Club fonctionne comme un cercle de confiance : nous organisons la mise en relation, la facturation, le paiement ; nous gérons le suivi. Le Club agit comme tiers de confiance et suit les recommandations jusqu’au paiement. Tout est transparent : un contrat est signé entre les parties, l’apporteur d’affaires touche un pourcentage, une partie est conservée par le Club pour assurer les frais de fonctionnement. Le Club prévoit en 2015 un budget annuel en hausse d’environ 20%.

Pour 2015, nous avons décidé de revoir le format des réunions. Les présentations des prestataires de services en 10 minutes n’étaient pas toujours adaptées lorsqu’il y avait beaucoup de monde. Nous avons décidé de nous centrer sur l’échange en augmentant le temps dévolu au tour de table, pour favoriser le networking.

Nous organiserons 10 réunions par an ainsi que 6 réunions ateliers experts sur des thématiques dédiées (finance, RH, international…) et proposerons à nouveau le guide des prestataires de services. Pour faciliter les relances, nous distribuerons les copies des cartes de visite de tous ceux qui ont assisté à la réunion. Nous souhaitons aussi développer l’accès à des formations à l’apportariat d’affaires.

Nous allons également renforcer la sélection pour intégrer le Club (et y rester!). Les invités pourront assister gratuitement à une réunion. Au-delà, ils devront s’inscrire. La cotisation pour être apporteur d’affaires (généralement remboursée dès la première recommandation) passe de 200 à 250 € HT. Mais nous restons le Club le moins cher de France !

Pour les prestataires de services, il ne suffira plus d’être coopté. Les prestataires devront avoir un comportement exemplaire. Leur cotisation est définie en fonction du chiffre d’affaires. Ils bénéficieront d’une belle visibilité sur le blog et le site du Club BDN, ainsi que d’une palette d’outils et de formations aux pitchs.

Nous donnerons chaque mois le nombre de recommandations (au mois et en cumulé).
En janvier, 17 recommandations ont été faites au sein du club BDN.

Montre CALIFORNIA MATWATCHESComme l’an dernier, un concours récompensera le meilleur apporteur d’affaires de l’année. Il se verra remettre à la fin de l’année une montre « California » offerte par MATWATCHES qui est cette année encore partenaire du Club BDN.

Pour plus d’informations, visitez club-bdn.com

 

La réunion s’est poursuivie autour d’un verre de vin. Rendez-vous le 11 mars pour la prochaine réunion et d’ici là… Bonnes recommandations !

Nous vous rappelons que le Club recherche un coordinateur présent à toutes les réunions et disponible au téléphone pour suivre les recommandations. N’hésitez pas à solliciter les membres de votre réseau !

Photos_Reunion_BDN_11.02.2015 2